Yéguéresso au Burkina Faso


Notre église a développé en 2014 un partenariat avec l’Eglise de Yéguéresso au Burkina Faso. Depuis cette date, notre assemblée, conjointement avec l’église protestante évangélique d’Abbeville, soutient  financièrement cette petite église qui venait d’être créée par le Pasteur François Badiel et son épouse Sabine.

Le village de Yéguéresso est situé à une vingtaine de kilomètres de la seconde ville du Pays, Bobo Dioulasso, au sud ouest du Burkina Faso. Cette région se situe en zone sahélienne : le climat est majoritairement chaud et sec, avec une unique et courte saison des pluies, de juin à septembre. Les villageois vivent exclusivement d’une agriculture traditionnelle sujette régulièrement au manque de pluies.

 

Dans ce village, « les gens vivent de l’agriculture traditionnelle, ils sont tous pauvres, beaucoup de jeunes partent tenter leur chance en ville où ils vivent généralement dans la misère »  souligne le Pasteur Badiel.

 

 

Sur le plan religieux, 90% de la population est animiste, elle croit aux esprits de la nature ou des ancêtres.

Pour se prémunir des difficultés de la vie, et tenter d’obtenir la bienveillance de ces esprits, les gens pratiquent la sorcellerie, des sacrifices, portent des grigris et autres amulettes…

Les sorciers sèment la crainte et envoient des maléfices. 5% de la population est musulmane, d’un islam pénétré d’animisme, 4% est catholique et 1% est chrétienne évangélique.

 


Le premier objectif du Pasteur Badiel : « c’est l’école, car l’enfant passera beaucoup plus de son temps à l’école qu’à la maison. Nous avons donc le temps de lui enseigner les valeurs chrétiennes. C’est pourquoi nous voulons avoir des infrastructures pour les accueillir, d’où la nécessité de créer une école. » Notre église d'Amiens, soucieuse d'aider le pasteur à cet objectif, a décidé de venir en aide financièrement à la création de cette école.


Le pasteur Badiel trouve aussi des moyens pour évangéliser les jeunes désœuvrés.

Au cours de ces dernières années, la paroisse s’est enrichie de trois chorales et d’un petit orchestre à base d’instruments traditionnels. « Nous avons 3 chorales : celle des femmes, celle des jeunes et celle des enfants. Chaque chorale présente un chant tous les dimanches au culte. Ce sont des jeunes, des enfants et des femmes bien engagés pour la cause du Seigneur. Ils veulent chanter pour la gloire de Dieu. Ce sont des personnes pauvres mais riches pour Dieu, leur foi a un impact dans le village ».

 


Il tente aussi d’amener les populations à réfléchir aux drames générés par la pauvreté généralisée dans cette région. La situation pourrait encore s’aggraver du fait d’un taux de natalité élevé, du réchauffement climatique, de la déforestation… Certains habitants de Yéguéresso commencent à réagir :

·         des femmes s’entraident pour tisser des vêtements traditionnels,

·         un groupe d’hommes a un projet de fabrique de briques,

·         un groupe de jeunes paysans cherche des revenus complémentaires en produisant du miel (première récolte en mai 2018).

·         un projet agricole a été déposé auprès du SEL (Service d’Entraide et de Liaison) afin de former la population à des techniques plus productives (gestion de la matière organique et de l’eau…).